Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

2015-11-18T09:53:10+01:00

Du bon usage de nos impôts

Publié par Sophie
Du bon usage de nos impôts

Il y a 3 ans, Investor décide d’acquérir un immeuble dans la ville de Saint-Robert en banlieue parisienne.

Peu de temps après son acquisition, il apprend que des squatteurs viennent de s'installer confortablement. Au delà de 48 heures de squat, la Loi se range du côté des envahisseurs. Ils sont indélogeables. Investor pense naïvement qu’il suffit d’une bonne procédure pour que les squatteurs soient boutés hors des lieux. Il confie à Supergestor la gestion de l’immeuble et de la procédure, et à Libérator le soin d’obtenir au plus vite l’expulsion. Investor a un projet tout fou-fou : faire des travaux, rendre l’immeuble et les appartements agréable à vivre, et louer.

La procédure est lancée. Impatients, les quelques locataires légitimes appellent Supergestor au secours rapport aux voisins indésirables qui se livrent à des dégradations et des trafics en tout genre. Ils ne se sentent plus en sécurité et finiront par quitter les lieux.

Après 6 mois de procédure, Libérator obtient le jugement d’expulsion. Investor, naïf, jubile, trop tôt. Il lui faudra le concours de la force publique. Mais c’est mal connaitre les pouvoirs de Prefector-le-terrible. Predator, Le maire de Saint-Robert, manque de logements sociaux. L’opportunité est trop belle. Il bloque l’expulsion et fait une offre d’achat à la casse, puisque l’immeuble est occupé par des affreux sans droit ni titre. Investor est prêt à vendre, mais pas à la moitié du prix qu’il a payé. Il propose à Predator de lui céder au montant exact qu’il a payé. Il ne se prendra dans la vue qu’un an de procédures et les frais de mutation qu’il a déboursés. Mais Predator enclenche le rouleau compresseur. C’est la moitié ou c’est rien, et il n’expulsera pas les gremlins devastateurs.

Faute de concours de la force publique, l’Etat se doit de payer loyers et charges à Investor en lieu et place des squatteurs. Avec nos deniers, donc.

Ainsi, pendant près de deux ans, Contibutor payera grassement le logement « réquisitionné » à Investor-l’affreux-capitaliste pour loger à l’œil tout un tas d’individus - qu’on ne sait pas trop ce qu’il font ni qui ils sont mais qu’on s’en fout pasque c’est pas le sujet. Faire du social sur la tête à Investor et aux frais de Contributor, ça emplit de joie Monsieur le Maire Prédator tout autant que ça l’aveugle. Il est au comble de l’orgasme idéologique, mmmm! On s’en fout de c’qui s’passe dans les apparts, après tout. Et que le survivant-locataire-légitime soit terrorisé et lance des appels réguliers, on s’en tape aussi.

Pendant 2 ans donc, Investor, assisté de Supergestor et de Liberator, aura beau se débattre, ce sera accepter le prix à la casse ou la réquisition indemnisée.

Il y a 10 jours (soit une petite semaine avant le 13 novembre), la Police contacte Supergestor. L’immeuble vient d’être perquisitionné. On y a trouvé des substances chelou à profusion, des dizaines d’armes de guerre, Kalach’, munitions et tout le toutim… 10 personnes ont été interpellées. Et Supergestor d’essuyer une critique de M’sieur l’Policier qui le laissera sans voix :
- Mais vous avez été négligeant quand même de laisser de tels individus dans l’immeuble que vous gérez sans rien faire pour les expulser ni vous intéresser à ce qu’il s’y passait…

Bon, la bonne nouvelle c’est que le bâtiment va être libéré manu-militari. Ça laissera un peu de place. Alors avis aux putes, trafiquants de drogue, gérants d’ateliers clandestins, receleurs, exploiteurs de mineurs, préparez vos valises : d’ici peu la voie sera libre pour vous installer à St Robert, aux frais d’la Princesse… C’est Investor qui héberge et Predator qui régale… salauds d’riches !

NB:  Cet article a été rédigé mardi 17 novembre 2015 dans la soirée, et programmé pour paraître le mercredi 18 novembre. En entendant le matin du 18 novembre les nouvelles informations, je réalise qu'encore la veille de sa publication, cet article, écrit avec le plus de légèreté possible aux vues des circonstances, aurait pu faire sourire. Aujourd'hui je ne ris plus.

Voir les commentaires

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

Laurence 19/11/2015 13:31

Mais ce n'est pas tout ! nous avons également eu un cas similaire à "Saint Ours" où en plus, le propriétaire a été obligé de verser à la mairie une indemnité parce que l'appartement squatté n'était pas aux normes !
On ne sait pas ce que la mairie a fait de cet argent !

Sophie 23/11/2015 10:55

Tout pareil... Je cite Predator: "Depuis plusieurs années, l'immeuble fait l'objet de mises en demeure régulières du propriétaire pour réaliser des travaux."

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog