Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

2014-03-28T13:30:06+01:00

Des enfants formidables…

Publié par Sophie
Des enfants formidables…

Nous connaissons tous ou avons tous croisé à un moment d’insupportables MMP, plus communément appelés les « Moi-Mon-Père », charmantes petites têtes à claques en quête d’éternelle reconnaissance…

Mais j’ai en revanche une admiration infinie voire une inavouable jalousie pour les MMF (soit « Moi-Mon-Fils ou Moi-Ma-Fille), parents dont les enfants, tellement parfaits, leurs permettent de jouir d’une absolue sérénité, permettant un quasi-total désinvestissement dans le suivi scolaire et extra-scolaire. Don du ciel ou recette d’éducation à laquelle nous serions pour beaucoup totalement passés à côté, ces enfants autonomes savent se prendre intégralement en mains : sportifs, bien peignés, têtes bien faites et extrêmement organisés, leur emploi du temps, réglé comme du papier à musique, ne laisse rien au hasard, ni à la fantaisie d’ailleurs… mais quel repos !

Les devoirs sont faits, les leçons sont sues, les cours sont rangés tout autant que leur chambre, et les bulletins élogieux laissent présager de belles études.

Nous : « T’en est où toi, Genièvre, avec APB ? (voir http://www.lestribulationsdesophie.com/2014/03/apres-le-bac.html ) Moi chui grave en galère, Ducon vient de se taper un 2 en maths, du coup ben la prépa je pense qu’on va se la mettre en collier et s’assurer le BTS mécanique en first choice. »

Parent MMF : « Koa, APB, mé je ne m’en occupe absooooolument pas, c’est Jean-Eudes qui gère cela parfaitement tout seul. Il me semble qu’il a demandé Prépa HEC à Ache-4, mais je lui ai conseillé d’assurer ses arrières avec LLG. Cela dit, son père lui conseille Polytechnique plutôt qu’HEC… »

Nous : « Hmmmm, c’est pas faux… »

A l’inverse de Jean-Eudes-tout-parfait, notre Alexandre-le-Bienheureux entame chaque matin sa course effrénée contre la montre pour éviter que la porte du Lycée ne se referme une nouvelle fois sur une douteuse excuse, pantalon soulignant un clair de lune naissant, cheveux humides, baskets non lacées, sac à dos mal fermé semant stylo, gomme et crayon, dont le fond non vidé depuis des semaines contient moult feuilles volantes de cours approximativement notés, froissées et agglomérées à en faire pâlir de jalousie la plus aboutie des compressions d’Arman. Alexandre, donc, tout courant et haletant qu’il est, arrive tout de même à se rappeler que, zut, il n’a pas pris sa blouse de chimie et que M’dame Cheval va en faire une jaunisse puisque-la-dernière-fois-elle-avait-prévenu, et espère aussi qu’il ne sera pas interrogé en espagnol sur la leçon qu’il aurait dû apprendre (si ses statistiques sont exactes, vu qu’il a déjà été interrogé il y a 6 semaines, il reste 12 élèves avant qu’il ne soit à nouveau menacé, sauf si la prof veut bien faire et le réinterroge avec la louable intention de lui donner l’occasion de faire sauter son zéro… mais si c’est ça il est mal, mal, mal…).

Alors que nous nous sommes résignés à prendre en main de la manière la plus réaliste possible les choix post-bac d’Alexandre-le-Bienheureux qui ne doute de rien, croit encore aux succès faciles et à la science infuse, les parents MMF font toute confiance à la maturité et l’autonomie de Marie-Caroline ou Jean-Eudes, et jettent pour la première fois par acquis de conscience un œil distrait à APB, 24 heures avant la clôture des choix de vœux post-bac, pour s’assurer que H4 et LLG sont bien saisis tout-comme-il-faut.

En vérité, cette vision idéale de l’enfant à l’évidence voué à marcher dans les clous est trop belle (ou trop chiante d’ailleurs) pour être vraie. Car dans sa tête, Jean-Eudes a des projets inavoués, et après la liste des belles prépas qu’il a saisie pour assouvir les rêves de succès nourris par Père et Mère, il a discrètement rajouté en fin de course des formations qui, elles, le font secrètement vibrer depuis belle lurette.

Alors que, pour parfaire sa belle éducation, on lui a fait prendre dès son plus jeune âge des cours de solfège et de piano, qui devaient rester distraction marginale et permettre d’exhiber le petit virtuose à l’occasion de dîners familiaux ou mondains, Jean-Eudes s’est aperçu très tôt qu’il se passionnait par tout ce qui avait attrait à la musique.

Ce matin, au détour d’un regard jeté distraitement par Mère MMF sur l’ordinateur familial, cette dernière se fige et s’étouffe : Elle découvre avec effroi le mail fraichement envoyé au fiston par l’UFR de Musicologie de la Sorbonne : « Cher Monsieur, dans le cadre de votre candidature et suite aux différents entretiens que vous venez de passer au Sein de notre UFR, nous avons le plaisir de vous informer que nous aurions grand plaisir à vous y accueillir. Veuillez agréer, …»

Voir les commentaires

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog